L1

L'Olympico pour l'OM ! (résumé et notes)

Commentaire(s)

Grâce à un grand Dimitri Payet et malgré une infériorité numérique, Marseille s'est offert l'Olympico devant Lyon. Ces trois points propulsent l'OM à la deuxième place, seul derrière le PSG. L'OL reste dans la seconde partie de tableau.

Ligue 1 - 13e Journée

Marseille
2 - 12 - 0 Lyon
D. Payet (P.) 18'
D. Payet 39'
59' M. Dembélé

Les quelques gouttes de pluie tombées en fin d’après-midi sur la Canebière n’auguraient finalement rien de mauvais pour l’OM. Elles annonçaient au contraire la tempête qui allait déferler sur les Lyonnais dans l’Olympico, remporté par des Provençaux survoltés. Les hommes de Rudi Garcia, chamboulés par un trajet chaotique jusqu’au Vélodrome, ont été tout aussi chahutés sur la pelouse. Pris dans les duels, rapidement acculés, ils ont subi la loi des locaux et n'ont pas su donner suite à leur première grosse occasion, un duel perdu par Maxwel Cornet devant Steve Mandanda (3ème). Ils ont plié dès la 12ème minute, quand Thiago Mendes a provoqué un pénalty en touchant le ballon de la main alors qu'il voulait le contrôler dans sa surface. Cinq grosses minutes de flottement s’en sont suivies, la faute à un accrochage Dubois-Benedetto et aux lasers projetés dans les yeux d’Anthony Lopes, mais Dimitri Payet est resté concentré pour tromper le gardien Lyonnais sur sa droite, inscrire le 4000e but de l’histoire de l’OM en L1 et surtout concrétiser la domination marseillaise.

Le Réunionnais, que l’on avait senti très remonté en conférence de presse en évoquant Garcia, avait visiblement envie de faire mal à son ex-entraîneur. Inspiré et à l'aise techniquement, il a allié aux caractéristiques qui lui sont propres un investissement rare dans son couloir gauche, symbolisé par l’action de son deuxième but. Après un tacle rageur sur Bertrand Traoré, il a orienté le jeu vers Maxime Lopez, ailier droit d’un soir, qui lui a remis aux abords de la surface. Payet s’est alors défait d’Andersen pour décocher une frappe croisée à ras-de-terre du droit, imparable pour Lopes (38ème).

Alvaro relance l'OL

Les Lyonnais ont enfin amorcé une réaction en fin de première mi-temps, mais Bouna Sarr était impeccable pour empêcher Maxwel Cornet de réduire le score, suite à un excellent travail de Jeff Reine-Adelaïde. L’ancien Angevin, qui était sans doute le meilleur Lyonnais sur la pelouse jusqu’alors, est sorti sans raison apparente à la pause, remplacé par Jean Lucas. C’est pourtant sans lui que l’OL s’est remis dans la partie. Après une première alerte signée Bertrand Traoré sur coup-franc, c’est Moussa Dembélé qui a réduit le score en profitant d’un bon centre du gaucher burkinabé… mais aussi de l’incompréhension entre Mandanda et Alvaro, qui s’est baissé en croyant que son gardien allait intervenir (59ème).

On a senti dès lors que cet Olympico pouvait encore basculer. Cette impression s’est accentuée cinq minutes plus tard quand Dembélé, encore lui, s’est fait bousculer par Alvaro alors qu’il filait droit au but. L’arbitre Antony Gautier n’a pas hésité et a montré le chemin des vestiaires au défenseur espagnol, ovationné malgré ces deux erreurs coupables (64ème). Coupables, mais pas fatales pour l'OM, qui a finalement résisté à une fin de match logiquement dominée par les Gones. Villas-Boas a fait descendre Kamara d'un cran en lançant Strootman pour rééquilibrer son onze, ou plutôt son dix, organisé en 4-4-1 pour la dernière demi-heure.

L'OM nouveau dauphin du PSG

Bien regroupés, les Ciel-et-Blanc n'ont finalement pas concédé grand chose, mais un dernier frisson a parcouru les 65 421 spectateurs Marseillais (record d'affluence pour le Vélodrome) quand la volée de Martin Terrier est venue tutoyer le montant gauche de Mandanda, qui semblait battu (90ème). L'OM s'en sort donc avec une victoire logique dans cet Olympico et se place au 2e rang du classement, à huit longueurs de Paris. L'OL, qui venait d'enchaîner trois succès d'affilée (toutes compétitions confondues), n'est que six points derrière, mais reste scotché dans la deuxième partie du tableau (14e). Rudi Garcia espérait probablement mieux pour son retour à Marseille.

Photos Matchs : Marseille 2 - 1 Lyon