L1

Marseille n'y arrive toujours pas (2-2)

Commentaire(s)

Quatre jours après sa victoire face à Valenciennes (2-1), l'Olympique de Marseille a été accroché, ce dimanche, par Toulouse au Vélodrome (2-2). Après avoir pourtant mené deux fois au score, les hommes de José Anigo manquent une belle occasion de se rapprocher du podium.

Ligue 1 - 23ème journée
Olympique de Marseille - Toulouse FC : 2-2 (2-1)
Buts : Payet (7ème), Valbuena (40ème) pour l'OM ; Ben Yedder (11ème), Aurier (59ème) pour Toulouse

Ils pouvaient revenir à seulement trois points de la troisième place. Finalement, les coéquipiers de Steve Mandanda conservent encore cing longueurs de retard sur le podium du championnat de France. Devant un public une nouvelle fois frustré, les Phocéens n'ont su maîtriser une rencontre qu'ils avaient pourtant entamé de la meilleure des manières. Décalé sur le côté droit par Valbuena, Payet a trompé Boucher d'une belle frappe croisée (1-0, 7ème). Valbuena, encore lui, a été à la conclusion d'une action initiée par Gignac, auteur d'une passe en retrait judicieuse pour son meneur de jeu (2-1, 40ème).

Oui mais Toulouse a du répondant. Quelques minutes après l'ouverture du score, les hommes d'Alain Casanova ont égalisé par l'intermédiaire de Ben Yedder. Esseulé au second poteau, l'attaquant haut-garonnais a profité d'une déviation de Braithwaite pour venir tromper Mandanda de près (1-1, 11ème). A l'heure de jeu, c'est un nouveau corner qui a fait la différence. Aurier s'est élevé plus haut que tout le monde, et notamment que Steve Mandanda, peu inspiré sur cette sortie aérienne. Le défenseur toulousain a ainsi remis les compteurs à égalité (2-2, 59ème).

L'OM a toujours des carences défensives préoccupantes. Si son potentiel offensif a, une nouvelle fois, démontré ses qualités, sa passivité lui a de nouveau fait défaut. Après une victoire poussive devant Valenciennes (2-1), mercredi dernier, les Phocéens subissent un nouveau contre-temps. Avec la défaite de Lille en début d'après-midi, du côté de Nice (0-1), l'occasion était pourtant belle. Mais elle est encore une fois ratée.