L1

Un Marseillais dans l'équipe-type de la 28e journée

Commentaire(s)

Voici l'équipe-type de la 28ème journée de Ligue 1, composée par la rédaction de MadeinFOOT. On y retrouve deux Strasbourgeois, un Marseillais, deux Lillois, un Stéphanois, un Dijonnais, un Amiénois, un Toulousain, un Monégasque et un Rennais.


L’ÉQUIPE-TYPE DE LA 28E JOURNÉE

  • Stéphane Ruffier (St-Etienne) : s’il a craqué en fin de match sur une frappe déviée de Nicolas Pépé (voir plus bas), le dernier rempart Stéphanois a longtemps repoussé l’échéance dans un match que les Verts ont laissé au LOSC (0-1), avec pas moins de huit arrêts à son actif.
  • Bouna Sarr (Marseille) : 7 interceptions, 4 tacles et 11 duels gagnés contre Nice (1-0) pour le latéral droit Marseillais, qui continue de parfaire son apprentissage du poste, lui qui a été formé plus haut sur le terrain. Ses velléités offensives sont d’ailleurs toujours présentes dans son jeu et l’ont amené à effectuer six centres dans son couloir.
  • Wesley Lautoa (Dijon) : si Dijon a su résister aux assauts rémois malgré l’exclusion précoce de Coulibaly, son compère en défense centrale, il le doit en partie à Wesley Lautoa, rarement pris à défaut par les attaquants adverses (7 duels gagnés sur 12, 3 interceptions, 4 tacles) et appliqué dans la relance (91% de passes réussies).
  • Gabriel (Lille) : pas franchement inquiété par les attaquants Stéphanois, il a su rester sobre dans ses interventions (11 dégagements, 3 interceptions, 4 tacles) et solide dans les duels (9 gagnés sur 12). Sa qualité de relance lui a parfois fait défaut (68% de passes réussies).
  • Erik Pieters (Amiens) : précieux dans la récupération (8 tacles, 7 dégagements, 10 duels gagnés), il a parfois manqué de justesse (48% de passes réussies, 0 centre réussi) mais s’est avéré décisif en inscrivant le 2e but de son équipe devant Nîmes (2-1), sur l’une de ses montées rageuses dans le couloir gauche. Prêté à Amiens depuis cet hiver par Stoke City, il rend de grands services à la formation emmenée par Christophe Pélissier.
  • Manu Garcia (Toulouse) : pour son retour en tant que titulaire, le milieu offensif prêté par Manchester City a été omniprésent face à Guingamp (1-0). Disponible, percutant et très à l'aise techniquement, le joueur de 21 ans a été dans tous les bons coups de son équipe jusqu'à sa sortie à la 86ème minute. Passeur décisif sur le but de Sanogo, l'Espagnol a régalé ses partenaires (trois passes avant un tir au total) et le Stadium de quelques actions de grandes classes.
  • Adrien Thomasson (Strasbourg) : précieux dans la récupération (4 tacles, 7 duels gagnés), il a fait preuve de justesse dans le dernier geste, samedi dans la remontée du Racing sur l’OL (2-2). Si sa première passe décisive pour Ludovic Ajorque était involontaire, la seconde était plus nette et a conclu une prestation très aboutie dans le coeur du jeu.
  • Nicolas Pépé (Lille) : l’ivoirien, qui n’avait plus marqué depuis plus d’un mois (le 1er février contre Nice), a profité de l’apathie de la défense forézienne pour débloquer son compteur buts, désormais à 17 réalisations en Ligue 1. Cela le place en 2e position du classement des buteurs à égalité avec Edinson Cavani. Sa prestation dans le Chaudron ne s’arrête pas à son exploit individuel en fin de match, puisqu’il a tenté sa chance tout au long du match (5 tirs, tous cadrés) et remporté quasiment tous ses duels (10 sur 13).
  • Ismaïla Sarr (Rennes) : déjà très intéressant trois jours plus tôt contre Arsenal (3-1), l’ailier des Rouge-et-Noir a encore été déterminant dans la victoire sur Caen (3-1), avec deux passes décisives à son actif. L’international sénégalais atteint son pic de forme au meilleur moment, alors que le Stade Rennais se déplace à Arsenal jeudi prochain.
  • Ludovic Ajorque (Strasbourg) : le grand attaquant Strasbourgeois a inscrit ses 5e et 6e but de la saison en Ligue 1, permettant à Strasbourg de revenir sur Lyon en l’espace de quelques secondes. Plutôt discret jusqu’alors (aucun autre tir cadré), il a su se montrer efficace au bon moment.
  • Radamel Falcao (Monaco) : buteur d’une magnifique tête en reculant pour ouvrir le score face à Bordeaux (1-1), l’une de ses trois frappes cadrées du match (sur trois tentées), il a cru permettre à Vinicius de redonner l’avantage à l’ASM, d’une intelligente remise de la tête dans la surface, mais le brésilien a été sanctionné d’un hors-jeu.

Commentaire(s)