Evra s'explique dans une vidéo sidérante !


Patrice Evra sur le banc à Guimaraes, quelques minutes après son coup de sang...
Patrice Evra sur le banc à Guimaraes, quelques minutes après son coup de sang...

Plus de six mois après son licenciement de l'OM, Patrice Evra s'est exprimé sur son court passage à Marseille, dans une vidéo toujours aussi dingue publiée via Facebook. Malgré son coup de sang et le désamour du public qui s'en est suivi, il en garde un bon souvenir.

Patrice Evra le prouve chaque lundi dans les vidéos hebdomadaires qu'il poste sur son compte Instagram : il est un grand adepte des réseaux sociaux. Alors, pour revenir sur son passage d'un an à l'OM, conclu par une triste échauffourée avec un supporter Marseillais à Guimaraes, au mois de novembre, le défenseur de 37 ans ne passe pas par la presse - qu'il accuse d'ailleurs d'avoir voulu ternir son image auprès du public - , mais par son compte Facebook. Hier, il a posté une vidéo de quatre minutes dans laquelle il sort enfin du silence...

"Depuis mon départ, je n’ai pas parlé. Je suis là pour vous remercier, pour remercier tout le peuple marseillais, le coach Rudi Garcia, tous mes coéquipiers, les gens qui travaillent autour de ce club", débute Evra. "Ils ont fait un boulot énorme pour redorer le blason ! Moi, je me souviens quand j’ai signé pour ce club, ils m’ont dit : 'Pat, l’objectif est de finir dans les cinq premiers pour être qualifiés pour l’Europa League'. Objectif atteint ! L’année suivante, les gars, vous êtes en finale. Moi, j’ai un peu participé puisque j’ai joué les matchs de poules avant mon incident."

"J'ai mal réagi, mais je ne m'excuserai pas"

Cet incident, le nouveau joueur de West Ham - il a signé l'hiver dernier - l'évoque également sans concession. "Je voulais remercier tous les supporters marseillais, malgré ce petit kick avec ce supporter, mais moi je ne le qualifie pas de supporter marseillais, parce que ce qu’il a dit c’était inadmissible. Moi, je suis un être humain. J’ai mal réagi, mais je ne m’excuserai pas, parce que lui ce n’est pas un vrai supporter de l’OM. Les vrais supporters de l’OM, je les connais. Ce sont ceux, quand je suis arrivé et que je n’avais même pas encore touché un ballon, qui m’adulaient..."

Les habitués du Vélodrome ont pourtant massivement réagi au coup de sang du Tricolore, en réclamant quasi-unanimement son départ. "Je comprends qu’ensuite il y ait eu des banderoles. Ils ont dit que je me croyais plus haut que l’institution, etc. Mais non jamais. Jamais ! [...] Les médias ont essayé de dire que je me foutais du club, mais pas du tout. Je suis quelqu'un de réel, de franc, je crains dégun, comme diraient les Marseillais !", plaisante-t-il, déterminé à faire remonter sa cote de popularité sur le vieux port. "Tous les joueurs de la Terre, je leur conseille de connaître cette expérience de l’OM, car les gens y sont passionnés. Pas fous, mais passionnés. Ce club est magnifique, j’ai passé un grand moment et ça a été très, très dur quand j’ai dit au revoir à mes coéquipiers. J'ai ressenti de la douleur, comme si je laissais une petite famille."

"J'ai quand même joué quelques matchs de poules"

"Moi, quand je suis arrivé dans ce club, j’ai dit que j’allais tout donner pour remplir cet objectif. L’objectif a été atteint. Et en plus cette année, on est en finale. Je dis 'on', parce que j’ai quand même joué quelques matchs de poules", insiste Evra. "Que vous gagniez cette finale ou que vous la perdiez, j’espère que tous les supporters seront derrière cette équipe car n’oubliez pas d’où Marseille vient. Les gens qui travaillent pour ce club ont fait du bon boulot [...] Le club est là, j’espère qu’il va rester au haut niveau de longues années, parce que c’est ce qu’il mérite." Sourire aux lèvres et maillot de l'OM sur le dos, Evra a conclu son plaidoyer par un "qui ne saute pas n'est pas Marseillais !" et son traditionnel "I love this game !"