Le mouvement de contestation s'intensifie autour de Garcia

Rudi Garcia traverse des moments compliqués à Marseille.
Rudi Garcia traverse des moments compliqués à Marseille.

Le comportement du Vélodrome à son égard ne laisse guère de place au doute : Rudi Garcia est très contesté par les supporters Marseillais, qui réclament sa démission suite à un début de saison décevant. De son côté, la direction de l'OM continue de lui accorder sa confiance... pour l'instant.

Comme le chanteur Dandy Livingstone en 1967, le public marseillais avait « un message pour toi, Rudi », dimanche soir. Les « Garcia, démission ! » descendus des travées du Vélodrome n’ont échappé à personne. Deux semaines après la gifle reçue à Monaco (6-1), voir leurs protégés tendre l’autre joue face à Rennes (1-3) a fortement déplu aux supporters de l’OM, qui n’ont pas tardé à le faire savoir. Déçus par le niveau global de la formation phocéenne autant que par les prestations individuelles de quelques joueurs en particulier, ils ont fait converger leurs critiques vers celui qui, dans de telles circonstances, est un responsable tout désigné : l’entraîneur.

Ses choix surprenants, comme celui de remplacer Hiroki Sakai par Bouna Sarr avant la pause, son exigence sur les profils proposés par ses dirigeants lors du dernier mercato, ou encore sa réticence à se remettre en question sont autant de reproches qui en ont fait un homme très contesté sur la Canebière. Le journal local La Provence ne prend même pas de pincette pour écrire que « le crédit de Garcia est sérieusement entamé ». Dans les colonnes du Parisien, le patron des Dodger’s (l’un des plus gros groupes de supporters de l’OM) Christian Cataldo explique que « le coach a sa part de responsabilité » et déplore qu’« il n’y a aucun fond de jeu », un an après son arrivées aux manettes. Mais qu’en est-il en interne ?

Revalorisé en début de saison, il est toujours soutenu

Toujours d’après la presse régionale, le poste du champion de France 2011 avec le LOSC n’est pas encore menacé. Après lui avoir offert toutes les clefs de la réussite (staff composé selon ses désirs, pouvoir de décision sur le recrutement, réaménagement des équipements mis à disposition à la Commanderie…) et une revalorisation salariale en début de saison (250 000 euros brut mensuels selon L'Equipe), ses dirigeants n’auraient pas encore atteint les limites de leur patience. Mais celles-ci pourraient se rapprocher dangereusement en cas de nouveau faux-pas dans les semaines à venir. Inquiétant, alors que se profil la réception du PSG, dans un peu plus d’un mois (22 octobre)… D’ici-là, Garcia a sept matchs pour faire remonter sa cote de popularité.


Réagissez à l'article "Le mouvement de contestation s'intensifie autour de Garcia"