OM

Le salut vient aussi du banc

Commentaire(s)
Radonjic a de nouveau marqué.
Radonjic a de nouveau marqué.

Chahuté par une bonne équipe messine, l'Olympique de Marseille s'en est remis à son banc pour ramener un point de son déplacement, preuve d'un groupe qui vit bien.

À Metz, les vingt-deux acteurs entrent tout juste dans les vingt dernières minutes du temps réglementaire lorsque Valère Germain, lancé sur le côté droit, offre la balle de l'égalisation à Radonjic. Ce retour à un score de parité au tableau d'affichage, Yohann Pelé n'y était pas étranger non plus. Quelques minutes plus tôt, à l'entame de la seconde période, le gardien numéro deux de l'OM s'était illustré en se déployant de tout son long pour sortir un penalty de Diallo (52e). Certes, la série de victoires des Phocéens a pris fin (1-1, résumé et notes), mais ils n'entameront pas la nouvelle semaine avec l'amère saveur d'une défaite, et ce grâce à leurs trois remplaçants.

Ces dernières semaines, lors de la belle série olympienne, les joueurs sortis du banc en cours de match se sont déjà mis au niveau du reste de l'équipe pour faire des différences et être décisifs, notamment Nemanja Radonjic, méconnaissable depuis quelques journées. A Toulouse le 24 novembre dernier, le Serbe avait entériné le succès olympien en inscrivant le second but de son équipe au terme d'une action en solitaire remarquable (0-2). Rebelote face à Brest la semaine suivante. Un quart d'heure après son entrée en jeu, le Serbe, juste après l'égalisation brestoise, faisait exulter les milliers de spectateurs présents au Vélodrome grâce à une frappe sublime envoyée dans la lucarne de Larsonneur (2-1). Comme le dicton le dit, jamais deux sans trois, c'est pourquoi NR7, après être entré en jeu, a de nouveau fait trembler les filets face à Bordeaux (3-1).

Au delà des buts inscrits par le Serbe, André Villas-Boas peut compter sur l'implication de ses joueurs. Tous concernés, les hommes utilisés par le coach portugais mettent leur pierre à l'édifice et participent à sculpter les succès olympiens. "Les remplaçants ont changé le match" déclarait AVB après le nul obtenu à Metz samedi. Le passeur décisif, Valère Germain, a lui aussi souligné l'apport des entrants. "Ça fait un moment que les remplaçants sont décisifs. Cela montre le bon état d'esprit du groupe. Ça montre aussi que le coach fait confiance à tout le monde. C'est important qu'il n'y ait pas seulement onze joueurs concernés, mais quatorze, quinze ou seize", imité par Jordan Amavi : "tout le monde est concerné, même les remplaçants. C'est ce qui fait notre force cette saison". Seulement la moitié de la saison s'est écoulée, mais l'OM est assuré d'entamer l'année 2020 dans la peau de dauphin du PSG. Avec la même implication de chacun durant la seconde moitié, le club étoilé pourrait bien retrouver la Ligue des Champions la saison prochaine.