Les anciens n'épargnent pas Boubacar Kamara


Boubacar Kamara apprend l'exigence du haut niveau.
Boubacar Kamara apprend l'exigence du haut niveau.

Du haut de ses 19 ans, Boubacar Kamara commence à s'imposer dans l'effectif olympien, où il gratte de plus en plus de temps de jeu en défense centrale. S'il gagne en expérience lorsque Rudi Garcia lui offre l'occasion de se montrer en compétition, le jeune joueur formé à l'OM progresse aussi aux entraînements, sur le terrain comme en dehors. "Je progresse tous les jours et je mûris car les mecs sont très exigeants avec moi", explique-t-il dans une interview publiée sur le site du club. "Quand je ne vais pas en salle (musculation) je me fais reprendre, quand je ne fais pas le bain froid, ils me le rappellent. Quand je loupe un geste, ils me crient dessus… A leurs contacts, je grandis, j’évolue car ça change vraiment de passer de la formation au monde professionnel, c’est beaucoup plus intransigeant. Je ressens quotidiennement que je dois être attentif à tout : l’hygiène de vie, l’alimentation, la récupération, la préparation… C’est ainsi que je me construis professionnellement peu à peu."

Au commencement de sa carrière, Kamara sait aussi le respect qu'il doit aux membres les plus expérimentés du groupe phocéen. "Par exemple, quand on fait des « toros » avant la séance d’entraînement, ce sont nous les jeunes, qui allons au milieu, c’est pareil quand il faut déplacer les buts pour un jeu ou encore pour ramasser et ranger le matériel", poursuit le défenseur. "Pour moi, c’est naturel, on ne va pas demander à Rolando qui est en fin de carrière, à Morgan (Sanson) ou à Steve (Mandanda), d’aller récupérer les ballons. Eux aussi au début de leur carrière sont passés par là, comme ce sera le cas pour les jeunes qui arriveront demain chez les pros."