OM

Mourad Boudjellal fait des nouvelles révélations sur le projet de rachat

Commentaire(s)
Mourad Boudjellal en dit plus
Mourad Boudjellal en dit plus

Mourad Boudjellal en a dit beaucoup plus sur le projet de rachat de l'Olympique de Marseille. L'ex-président du RCT évoque notamment l'argent et comment il a été choisi pour représenter ce projet.

Depuis 24 heures, le nom de Mourad Boudjellal tourne dans tous les médias de foot. En effet, le Toulonnais a annoncé, hier, être le porteur d'un projet de rachat de l'Olympique de Marseille, lui qui est l'ancien président du RC Toulon. Ainsi, après avoir confirmé sur RMC l'authenticité de cette nouvelle, le dirigeant a fait quelques révélations chez nos confrères de L'Equipe.

Il commence, tout d'abord, par raconter sa rencontre avec les investisseurs du Moyen-Orient. "Vers la fin du confinement (mi-mai), j'avais été contacté par un groupe qui souhaitait se positionner sur le rachat de l'OM et qui voulait que je sois leur porte-drapeau. J'ai rencontré un homme d'affaires, dont je ne donnerai pas le nom, qui représentait le groupement d'investisseurs (qui viendrait d'Arabie saoudite). On s'est vus pendant quatre heures. Il m'a demandé ma vision sur l'Olympique de Marseille. On s'est mis d'accord. Mais je ne peux rien dire de plus, je suis lié par des clauses de confidentialité. Ils se présenteront d'ici peu" assure-t-il.

"On est sûrs de notre proposition et de la viabilité de notre offre"

Dans le même temps, L'Equipe livre quelques coulisses de l'opération, dont l'identité d'un certain Mohamed Ayachi Ajroudi, qui représenterait ce groupement d'investisseurs. L'homme d'affaire franco-tunisien de 68 ans réside d'ailleurs d'Arabie Saoudite. Boudjellal explique ensuite qu'une réunion à Paris a accéléré le projet. "J'ai rencontré les investisseurs pendant tout l'après-midi dans un appartement du VIIIe arrondissement de Paris, puis une bonne partie de la nuit dans l'hôtel George V, à Paris. On m'explique que le projet de rachat de l'OM va se faire, que les fonds sont réunis et que je dois absolument porter ce projet. Il m'a été demandé d'annoncer qu'une offre de rachat allait être effectuée à Frank McCourt."

Pointé du doigt par nos confrères concernant cette annonce surprenante, notamment dans le fait de l'exprimer au grand jour, Boudjellal explique qu'il a suivi les consignes à la lettre. "Je fais ce qu'on me demande de faire. L'OM n'est pas un club comme les autres et il appartient au peuple ! Ce timing est également dicté par mon devoir de transparence vis-à-vis du Sporting. C'est la décision stratégique qui a été prise de s'afficher au grand jour. C'est une façon de faire un contre-pied. On est sûrs de notre proposition et de la viabilité de notre offre".

"Les fonds proviennent du pétrole, de l'eau et de l'énergie"

L'ex-dirigeant du Rugby dévoile aussi l'idée première du projet : "redonner une identité méditerranéenne à l'OM. Il y a aussi une rencontre humaine. J'ai rencontré quelqu'un d'exceptionnel. Il y a un engagement humain très fort", avant de préciser d'où venait l'argent d'Arabie Saoudite. "Les fonds proviennent du pétrole, de l'eau et de l'énergie. (...) C'est un beau projet. McCourt a les cartes en main. C'est à lui d'appuyer sur le bouton. Il sait s'il s'agit d'une bonne ou d'une mauvaise nouvelle pour lui".

Mais pour le moment, Boudjellal a du mal à réaliser : "C'est un projet qui me fait peur. Mais c'est un truc incroyable à la fois. C'est attirant. Même moi, j'ai du mal à le croire. Mais il ne s'agit pas de buzz. Je serais inconscient de jouer à ça. Je laisse la banque d'affaires crédibiliser mes annonces en début de semaine avec l'offre d'achat (...) Pour l'instant, je ne m'imagine pas président de l'OM, c'est encore abstrait". La suite dans les prochains jours...