OM

Public, presse, partenaires : Benedetto a déjà conquis tout le monde

Commentaire(s)

Adopté par le public du Vélodrome, Dario Benedetto a également fait grimper sa cote de popularité au sein du vestiaire marseillais et dans la presse. Le buteur argentin de l'OM fait déjà l'unanimité.

"Dès que j’ai une opportunité de marquer, j’essaie de le faire", expliquait Dario Benedetto lors de sa présentation aux médias, le 5 août dernier. L’attaquant argentin disait vrai et si son aventure à Marseille a débuté par un pénalty raté à Nantes, il s’est rattrapé en ouvrant le score lors des deux dernières sorties de l’OM, à Nice (1-2) et contre St-Etienne (1-0) ce dimanche. Avec deux réalisations lors de ses trois premières titularisations en Ligue 1, Benedetto fait mieux que Valère Germain (0 but) et Kostas Mitroglou (1 but) avant lui. Bafé Gomis et Mario Balotelli avaient fait aussi bien lors de leurs arrivées respectives, à l’été 2016 et en janvier dernier.

De quoi rassurer sur son niveau et sa capacité d’adaptation au football européen, qu’il découvre à 29 ans, alors que les dirigeants Olympiens ont déboursé pas moins de 16 millions d’euros pour aller le chercher à Boca Juniors. D’abord dubitative, la presse est sous le charme. "Super Dario" et "Benedetto a les crocs" s’affichent en grosses lettres sur les unes de L’Equipe et de La Provence ce matin. Même son de cloche chez ses coéquipiers. "Il n’a pas eu la meilleure adaptation possible avec ce pénalty raté, mais il a su répondre présent avec deux buts lors de ses deux derniers matchs. Je suis très content pour lui", souriait Morgan Sanson hier soir.

L’apport de "Pipa" Benedetto ne se résume pas seulement à sa précision devant les cages (2 buts en 5 tirs). Dans la production du jeu, le numéro 9 de l’OM sait apporter sa contribution. Son efficacité dans le jeu aérien (7 duels gagnés sur 10 lors des deux derniers matchs) et son habileté dans les petits espaces permettent à ses partenaires de varier les transmissions avec lui, bien que la prise d’espaces semble être une corde qui manque à son arc. "Il nous apporte énormément dans la possession", atteste Steve Mandanda. "Quand il décroche, il garde bien le ballon, il remise. On l’a vu sur le but, où il combine bien avec Bouna (Sarr). C’est un joueur vraiment important pour nous aujourd’hui."