Succéder à Eyraud ? Poulmaire écarte totalement l'idée

Commentaire(s)
Le président marseillais est sous le feu des critiques
Le président marseillais est sous le feu des critiques

Alors qu'on lui prêtait une intention de prendre la place de Jacques-Henri Eyraud à la présidence de l'OM, Didier Poulmaire, l'ancien conseiller de Frank McCourt, a fait le point à ce sujet dans L'Equipe.

Alors que l'Olympique de Marseille traverse une forte période de turbulences, de nombreuses rumeurs ont été associées à l'écurie phocéenne depuis plusieurs semaines. Du mercato à l'avenir de Rudi Garcia, aucun sujet n'a été laissé de côté. Pas même la position du président olympien Jacques-Henri Eyraud. Il y a une semaine, L'Equipe indiquait ainsi que Didier Poulmaire, ancien conseiller de Frank McCourt, se tenait prêt en cas de bouleversement dans la hiérarchie. "McCourt ? On ne s'est pas parlé depuis un moment. Je ne suis plus allé voir un match de l'OM depuis le premier de cette saison face à Toulouse", a tout de suite réfuté l'intéressé dans l'entretien publié ce samedi dans les colonnes du quotidien.

L'avocat, l'a assuré, il n'a plus aucune fonction au sein du club appartenant à l'homme d'affaire américain : "Mon rôle ? Aucun. Ni même auprès de Frank McCourt. J'ai démissionné du conseil de surveillance le 1er février 2018. On était quatre à siéger avec Frank, son fils Drew et Jeff Ingram (le président de McCourt LP, entreprise familiale du propriétaire de l'OM). Cela fait un an", a-t-il précisé. En faisant également le point sur ses relations avec "JHE", décrites comme froides : "Il n'y a jamais eu de gros clash entre nous. On s'est éloignés naturellement quand je suis parti du conseil de surveillance. Ma mission a pris fin, y compris avec lui. On a eu des relations professionnelles. Mais je ne peux pas parler du contenu".

Poulmaire : "La présidence de l'OM n'entre pas dans mes plans"

Evasif au moment d'évoquer les directions prises par ce "Champions Project", Poulmaire ne l'a en revanche pas été sur ses intentions : "Un rôle de dirigeant à l'OM ? Non, ce n'est pas mon rôle. Je ne l'accepterais pas plus que je ne l'ai accepté au moment de l'initiation du deal. Je n'ai jamais manifesté ce souhait d'entrer à la direction de l'OM. Ce n'est pas mon travail au quotidien, a-t-il assuré. Être président ? Cette idée ne m'a jamais traversé l'esprit. La présidence de l'OM n'entre pas dans mes plans. Il y a trop d'enjeux. Mes activités actuelles sont incompatibles avec la présidence d'un club". La situation de l'OM ne s'est pas améliorée. Mais les choses sont, sur ce point bien précis, un peu plus claires...

Commentaire(s)