UEFA

La menace du fair-play financier se précise...

Commentaire(s)

Même s'il ne sera pas présent sur la scène européenne la saison prochaine, l'OM reste dans le viseur de l'UEFA. Et pour cause, l'étude de ses comptes révèle une non-conformité avec les règles édictées par le fair-play financier.

Ce mercato d'été 2019 ne démarre pas sous les meilleurs auspices à Marseille. Alors que le club olympien doit vendre avant de songer à acheter, pour commencer à combler un trou important dans ses caisses, aucune offre n'a encore été reçue par ses dirigeants, comme le rapportaient nos confrères de La Provence ce matin. Pour ne rien arranger, on apprend dans L'Equipe que différentes restrictions vont peser sur l'OM, dans le cadre d'un protocole d'accord signé avec l'instance de contrôle des clubs (ICFC) de l'UEFA.

La menace du fair-play financier planait depuis plusieurs mois sur le Vélodrome et elle a fini par se matérialiser, selon le quotidien. Le déficit du club provençal, qui devrait être du même acabit en 2018-2019 qu'en 2017-2018 (78,5 M€ d'après la publication des comptes des clubs de Ligue 1 par la DNCG), a alerté l'ICFC. L'instance veille à ce que les clubs qui participent aux compétitions de l'UEFA n'affichent pas un déficit supérieur à 30 M€ sur trois ans. Or, la situation de l'OM, qui avait dépassé ce seuil de 8 M€ l'année passée, ne s'est pas arrangée.

Ce protocole d'accord va donc obliger l'OM à se soumettre le plus rapidement possible à cette exigence d'équilibre prônée par le fair-play financier. "D'autres restrictions" sont évoquées par nos confrères, sans que de plus amples précisions ne soient apportées. Une amende ou un encadrement de la masse salariale ont déjà été prononcés dans des cas de figure similaires. Au moins, les dirigeants Marseillais n'auront pas à craindre une exclusion des compétitions européennes.