Garcia, staff, supporters : la cote de Mitroglou redescend en flèche


Kostas Mitroglou peine toujours à convaincre à Marseille.
Kostas Mitroglou peine toujours à convaincre à Marseille.

Laissé sur le banc au coup d'envoi du Classique, Kostas Mitroglou cristallise les critiques depuis quelques semaines, mais plus globalement depuis son arrivée en août 2017. Après un début de saison prometteur, l'attaquant grec de l'OM est retombé dans ses travers.

"On voulait bien défendre et bien utiliser le ballon. Pour cela, il faut des joueurs techniques et je crois que tous mes joueurs techniques étaient sur la pelouse..." Voilà comment Rudi Garcia a justifié son choix de titulariser Dimitri Payet à la pointe de son 4-3-3 face à Paris dimanche (0-2), laissant ainsi Valère Germain et Kostas Mitroglou sur le banc au coup d'envoi. Si ce coup tactique n'a pas fonctionné, il a au moins permis à l'entraîneur Marseillais d'envoyer un message à ses dirigeants : il a beau répéter à l'envi que son équipe n'a pas besoin d'un nouvel attaquant pour minimiser l'échec du transfert de Mario Balotelli l'été dernier, Garcia considère que les deux qu'il a à disposition n'ont pas les épaules pour s'imposer et être décisifs dans un match d'une telle intensité.

Le technicien serait d'autant moins convaincu par l'apport de Mitroglou, si bien que son départ au prochain mercato ne serait pas pour lui déplaire d'après L'Equipe. Le grec (30 ans), qui avait plutôt bien démarré la saison avec en point d'orgue un match très abouti à Monaco (victoire 2-3 le 2 septembre), a vu sa cote redescendre en même temps que la qualité de ses prestations, insipides à Lyon (23 septembre, 4-2), à Limassol (4 octobre, 2-2) ou contre la Lazio (25 octobre, 1-3). Ce dernier match face aux italiens, la semaine dernière en Ligue Europa, aurait d'ailleurs "fortement déplu au staff" de Garcia, toujours selon L'Equipe.

Les supporters Marseillais s'agacent aussi

Dimanche, certains supporters ont aussi pointé du doigt son investissement tout relatif à l'échauffement, où on l'a vu contempler ses partenaires, immobile, durant plusieurs minutes. "Il va continuer à se battre et à travailler dur", prévient-on pourtant dans l'entourage de l'attaquant, écartant l'hypothèse d'un départ au prochain mercato. Mais s'il ne redresse pas la barre dans les deux mois à venir, à commencer par dimanche prochain dans le choc qui attend l'OM sur la pelouse de Montpellier (12e journée de Ligue 1), il ne fait pas de doute que l'OM cherchera à remédier le plus rapidement possible à ce problème d'attaquant, qui dure depuis un an et demi maintenant.