OM

JH.Eyraud donne une tendance pour le prochain mercato

Commentaire(s)

Interrogé sur le prochain mercato, le président de l'OM Jacques-Henri Eyraud a laissé entendre qu'il y aurait des départs à prévoir. Certains cadres de l'effectif sont concernés.

Revenu in-extremis dans la course au podium, l'Olympique de Marseille (4e avec six points de retard sur la 3e place) se prépare à entamer un sprint final haletant avec Lille et Lyon, voire St-Etienne. La fin de saison de Rudi Garcia et ses hommes pourrait avoir des incidences sur l'avenir de l'entraîneur Olympien, comme on a pu le déduire d'une interview récente de son président Jacques-Henri Eyraud, mais aussi sur la conduite du prochain mercato.

Sans Ligue des Champions, il sera plus difficile pour l'OM de recruter des têtes d'affiche comme de conserver ses meilleurs éléments. A commencer par Florian Thauvin, qui a déjà fait part de son souhait de disputer la prochaine édition de la C1, en Provence ou ailleurs. Mais quoiqu'il arrive, les dirigeants Marseillais semblent se préparer à un certain nombre de départs. "On arrivera probablement au bout d'un cycle dans quelques mois où il y aura des départs", prévient Eyraud dans la suite de l'entretien qu'il a accordé au Dauphiné Libéré.

La masse salariale pose problème

Quels joueurs le président Marseillais vise-t-il ? Adil Rami, Luiz Gustavo, Rolando voire Dimitri Payet, qui ont récemment perdu leurs places dans le XI de Garcia au profit de coéquipiers plus jeunes, semblent concernés. D'autant que le déficit colossal affiché par l'OM (78,5 millions d'euros sur l'exercice 2017-2018) s'explique en grande partie par une masse salariale astronomique (125 M€, soit 57% des charges d'exploitation) et principalement alourdie par les émoluments de ces joueurs en perte de vitesse.

"Ce qui est certain, c'est qu'on a repris le club dans un état extrêmement difficile avec une obligation qui était d'investir dans l'équipe première. Ce qu'on a fait, puisqu'on a dépensé 190 millions d'euros en deux saisons", explique Eyraud pour justifier les recrutements onéreux opérés depuis l'arrivée de Frank McCourt fin 2016. "Jusqu'à présent, on a vraiment voulu être dans cette phase d'investissement absolument nécessaire pour redresser le club." Il semblerait que cette phase soit terminée.