OM

McCourt et Eyraud définissent les grandes lignes du prochain mercato

Commentaire(s)
Frank McCourt ne fera pas n'importe quoi sur le mercato d'été 2017 !
Frank McCourt ne fera pas n'importe quoi sur le mercato d'été 2017 !

Interviewé par Yahoo Sport, Frank McCourt s'est longuement épanché sur le prochain mercato marseillais. Le propriétaire de l'OM affirme qu'il est capable de dépenser plus de 50 millions sur un joueur, mais sous certaines conditions...

Rudi Garcia l’a relevé juste après le coup de sifflet final : la défaite subie par l’OM face au PSG, dimanche (1-5), a mis en exergue l’écart de niveau entre le club olympien et son rival parisien. Malgré l’arrivée de Frank McCourt à l’automne dernier et le mercato clinquant réalisé par son équipe, cet hiver, la révolution entamée sur les bords de la Méditerranée n’a pas encore eu lieu sportivement. Et c’est bien normal ! Le fameux « OM Champions Project » de l’homme d’affaires américain prendra du temps et son éventuel succès sera le fruit d’un travail de plusieurs mois, voire plusieurs années.

Il connaîtra tout de même une nouvelle grande étape, l’été prochain, à l’occasion d’un marché des transferts que les nouveaux dirigeants Marseillais comptent bien dynamiter. « J’aimerais pouvoir vous dire à quoi ressemblera ce mercato, mais je n’ai pas de boule de cristal. Tout ce que je sais, c’est que nous serons très actifs », prédit McCourt, dans une interview réalisée par Yahoo Sport. « On a même déjà commencé, car le succès d’un bon mercato réside dans une bonne préparation. Donc on sera actif, à la recherche de talents pour améliorer l’équipe. »

Eyraud : « On ne se met aucune contrainte »

Son bras droit, le président Jacques-Henri Eyraud, abonde : « On regarde partout, vous savez. En France, à l’étranger. C’est une question de besoins basés sur différentes caractéristiques et par rapport à ce que veut Rudi (Garcia). C’est important pour lui de nous dire ce dont il a besoin, par rapport à sa philosophie de jeu », souligne le patron de l’exécutif à l'OM. « On ne se met aucune contrainte, on veut être opportuniste et pragmatique, mais faire tout ça avec discipline et rigueur. »

Discipline et rigueur, deux mots qui ont défini la ligne de conduite des décideurs Phocéens au mois de janvier, au moment de négocier les transferts de Morgan Sanson, Grégory Sertic et Dimitri Payet, à l’issue de négociations acharnées avec West Ham. Cette philosophie n'est pas prête de changer. « C’est évidemment capital d’investir dans des joueurs, mais ce n’est pas une garantie de réussite », explique McCourt. « Nous devons investir sagement, c’est le travail de Jacques-Henri, Andoni (Zubizarreta, directeur sportif, ndlr) et Rudi, et je suis sur qu’on le fera ainsi. »

« Certains investissent beaucoup et ne gagnent rien, d'autres dépensent moins et gagnent. Ça montre bien que tout cela est imprévisible », note le Bostonien, interrogé par la suite sur l’éventualité de dépenser plus de 50 millions d’euros sur un seul et unique joueur... « Oui, c’est possible. Mais, encore une fois, ça ne veut pas dire que c’est notre objectif. Si nous déterminons collectivement que c’est la meilleure stratégie pour parvenir à notre objectif, alors oui on le fera. Sinon, non. Ce que je peux vous affirmer, c’est qu’on ne peut pas sortir une telle somme d’argent pour un joueur juste pour faire du marketing ou pour marquer les esprits. C’est une mauvaise stratégie, que j’ai vue échouer un nombre incalculable de fois. »