Jeux Olympiques

La France des anciens Marseillais Thauvin et Gignac sort piteusement après une élimination face au Japon (analyse et notes)

Amaury Gonçalves
André-Pierre Gignac et les siens éliminés des Jeux Olympiques de Tokyo
André-Pierre Gignac et les siens éliminés des Jeux Olympiques de Tokyo

Après une campagne olympique franchement peu éclatante, la France n’avait plus le choix avant son dernier match face au Japon. Si les Bleus voulaient se qualifier en quarts de finale, ils étaient dans l’obligation de s’imposer face aux locaux. Il n’en a rien été, et l’Equipe de France a perdu avec la manière face à des Japonais bien mieux organisés (0-4). Après une première qualification aux JO en 25 ans, les hommes de Sylvain Ripoll sortent par la petite porte, dès le premier tour.

Jeux Olympiques Homme - Phase de groupe / Groupe A

France U23
0 - 40 - 2 Japan U23
27' T. Kubo
34' H. Sakai
70' K. Miyoshi
90' +1 D. Maeda

LE FAIT DU MATCH

La France sérieuse trop peu de temps. Comme face au Mexique et à l’Afrique du Sud, la défense française aura vite craqué dans le match. Si lors des deux premiers matchs, il a fallu attendre le retour du vestiaire, le Japon aura quant à lui trouver la faille bien plus tôt dans le match, par un but de Kubo à la 28ème minute. Anthony Caci comme Lucas Tousart et Pierre Kalulu se montrent bien trop passifs sur le marquage des Japonais, et laissent en grande difficulté un Paul Bernardoni qui n’a pu que réduire la casse durant toute la rencontre.

LES BUTS

0-1 (28ème) : Bien lancé devant la surface de réparation, Takefusa Kubo sert son avant-centre Pueda qui déborde à l’intérieur de la surface. Très excentré, le Japonais voit son tir repoussé par Paul Bernardoni, mais Kubo reprend le deuxième ballon au point de pénalty d’une reprise de volée croisée. Le gardien français ne peut rien faire, mal aidé par le marquage de sa défense.

0-2 (34ème) : Encore une fois, tout part du meneur de jeu Kubo qui sert parfaitement Ueda en profondeur. L’attaquant frappe depuis l’entrée de la surface mais Bernardoni repousse le ballon. Ce dernier part en chandelle et est repris à la retombée par Hiroki Sakai qui conclut l’action dans le but vide.

0-3 (70ème) : Ueda entre bien dans les derniers mètres français et joue sur Hatate resté en pivot à l’entrée de la surface. Ce dernier passe le ballon en plein axe à Miyoshi qui arrive avec élan et tire avec puissance à ras de terre.

0-4 (90+1ème) : Alors que la fin du match se débride totalement, le Japon lance une ultime contre-attaque fatale à la France. Seul à l’entrée de la surface française, Soma envoie le ballon au centre pour Maeda qui reprend le ballon du pied droit. L’humiliation est totale.

L’HOMME DU MATCH

Takefusa Kubo (Japon) : Même s’il est sorti à la mi-temps, le joueur du Real Madrid s’illustre en réel métronome de cette sélection olympique du Japon. Impliqué sur les deux premiers buts de son équipe, Kubo a permis aux siens de faire la différence par sa technique et son intelligence de jeu qui ont ouvert des espaces parfaits pour les attaquants japonais. En face, les milieux de terrain et défenseurs français n’ont pas vu le jour face au Japonais de 20 ans.

LES NOTES

France Olympique : Bernardoni (4) - Michelin (2), Kalulu (4), Caci (2), Pembélé (4) - Savanier (non noté), Tousart (3), Beka Beka (3,5) - Thauvin (4), Gignac (5,5), Kolo Muani (2).

Japon Olympique : Tani (6) - Sakai (6,5), Nakayama (5,5), Yoshida (6), Tomiyasu (5) - Tanaka (6), Endo (6) - Doan (5,5), Kubo (7,5), Hatate (7,5) - Ueda (7).

LES CONSÉQUENCES

Après avoir été malmenés par le Mexique (1-4), les Français avaient réussi à sortir miraculeusement la tête de l’eau face à l’Afrique du Sud (4-3). Mais dans ce match couperet face au Japon, la France n’avait plus le droit à l’erreur pour espérer se hisser jusqu’en quarts de finale. Après une nouvelle défaite écrasante (0-4), les Bleus sortent piteusement de ces Jeux Olympiques. La faute à une défense ultra-passive qui aura coûté un total de 11 buts en 3 matchs, et à des milieux de terrains souvent peu utiles dans le jeu de transition, à l’image de Lucas Tousart. Jusqu'au dernier moment, la France aura montré un bien triste visage avec l'exclusion de Kolo Muani à la 74ème minute pour un vilain geste sur Miyoshi. Une perte de sang-froid et de concentration caractéristique de ce qu'auront montré les Bleus sur ces trois matchs. André-Pierre Gignac, l’un des seuls à pouvoir quitter Tokyo la tête haute, pourra néanmoins nourrir des regrets après cette noyade collective des siens.