Ligue 1

OM - RC Lens : L'OM va devoir se méfier des couloirs lensois

Ünder aura un rôle primordial à jouer face à Lens
Ünder aura un rôle primordial à jouer face à Lens

Dimanche soir se tiendra l'affiche entre l’OM et Lens (21h), deux des équipes les plus attractives du championnat de France. Plus qu’un affrontement entre deux formations offensives, cette rencontre est également un duel entre des systèmes qui exploitent les côtés au maximum.

(FT)

Ciel et blanc face à Sang et Or, 3-4-3 contre 3-4-1-2, purs ailiers opposés à purs pistons, ce match entre Marseillais et Lensois, séparés par seulement deux points au classement, fait saliver d'avance. Et pour cause, avec l’OM et Lens cette saison, on reste très rarement sur notre faim. Avec deux équipes capables de proposer du jeu et de punir la moindre erreur adverse, ce match des extrêmes géographiques promet un joli spectacle.

Les deux coachs n’ont d’ailleurs pas manqué de complimenter leur adversaire en conférence de presse cette semaine, avec un Franck Haise qui a d’abord tenu à souligner la polyvalence de l'équipe olympienne : "C’est une formation qui propose beaucoup de choses, d’abord sur l’animation offensive. Il y a beaucoup de choses très intéressantes et très difficiles parce qu’elles sont multiples. C’est vrai que c’est un sacré challenge", a confié le technicien lensois avant de confier que les Sang et Or n’avaient "aucune pression" avant ce match.

De son côté, Jorge Sampaoli a pointé le défi physique qui attend son effectif toujours amputé d’Arkaduisz Milik : "Demain on aura sûrement un des matchs les plus exigeants, parce que le RC Lens est une des meilleures équipes du championnat sur le plan physique. De plus, leur entraîneur est là depuis un moment donc ils sont sûrs de leur jeu."

Les côtés au centre du projet de Haise

À juste titre, le coach de l’OM a souligné la capacité de cette équipe lensoise à imposer un défi physique relevé à ses adversaires. Une capacité à répéter les efforts symbolisée par les pistons Clauss et Frankowski. Primordiales dans le jeu prôné par Franck Haise, les deux pistons arpentent sans discontinuer les couloirs pour défendre, mais aussi pour se retrouver en position de centre ou de tir. Une activité incessante, mais surtout des responsabilités qui s’illustrent dans les statistiques, puisque sur les 11 buts lensois depuis le début de la saison, les deux pistons sont directement impliqués sur 5 d’entre eux (2 buts, 3 passes décisives).

De plus, cette utilisation très offensive des pistons est également démontrable par le nombre de ballons touchés dans le dernier tiers adverse, où Jonathan Clauss est le 6e joueur de Ligue 1 à en jouer le plus (185), juste devant un certain Çengiz Ünder (173). Cette belle progression du piston droit de Lens a d’ailleurs été saluée par son coach, qui aimerait beaucoup le voir avec les Bleus. "Le choix lui appartient (à Didier Deschamps). Jo a franchi des étapes et il peut encore en franchir. Je ne sais pas où il s'arrêtera. Il a progressé sur les aspects défensifs. Il a aussi progressé dans la variété de ses déplacements. [...] Un joueur qui marque ou qui fait marquer trois, quatre, cinq, six buts, c'est aussi une plus-value.", a confié Franck Haise dans un entretien pour La Voix du Nord.

À Marseille, le danger vient des ailes

Avec ses pistons, Franck Haise se garantit donc une utilisation de largeur et de la profondeur pendant tout le match, mais avec Jorge Sampaoli, le coach du RC Lens a trouvé à qui parler. En effet, parmi les nombreux aspects entraînants de l’Olympique de Marseille cette saison, on retrouve l’utilisation de largeur du terrain par Sampaoli. Avec son système en 3-4-3 en possession du ballon, le coach argentin pousse ses ailiers à manger la ligne afin d’étirer au maximum les défenses adverses, mais aussi de les mettre le plus souvent possible dans des situations de 1 contre 1.

Un système qui a eu le mérite de mettre en valeur ses ailiers comme Ünder (3 buts) et De la Fuente (2 passes décisives) mais aussi Bamba Dieng (3 buts), lorsque celui-ci est placé sur un côté. Décisif depuis le début de la saison, Ünder devrait être une menace permanente pour Frankowski, puisque le Turc est le 7e joueur de Ligue 1 à créer le plus d’actions menant à un tir par 90 minutes (5,03 par match). En conférence de presse, Ünder avait d’ailleurs confirmé se sentir à l’aise avec les consignes demandées par Jorge Sampaoli : "Les préconisations de l'entraîneur me conviennent, je suis un joueur qui joue certes à droite, mais j'aime revenir en arrière pour récupérer et partir le long de la ligne."

Malgré tout, les Lensois, s’ils parviennent à se sortir du pressing intense des Marseillais, pourront essayer d’exploiter les quelques absences de repli défensif des ailiers de l'OM afin de lancer leurs pistons dans les couloirs. Si la défense marseillaise brille depuis quelques matchs (2e défense de Ligue 1), on a quelquefois pu voir Luan Peres devoir contrôler la course de son adversaire sur plus de 40 mètres. Une donnée non négligeable face à un adversaire comme Lens. Le duel des couloirs sera donc un match dans le match ce dimanche soir et occupera sûrement une très grande place dans le sort de cette rencontre.