OM

Les concessions de l'OM pour se serrer la ceinture...

L.P
Les temps sont durs à l'OM.
Les temps sont durs à l'OM.

Le 23 Juin, l'OM passera devant la Direction Nationale du Contrôle de Gestion (DNCG). À quelques jours de ce rendez-vous fatidique devant le gendarme financier du football français, le club phocéen multiplie les mesures pour réaliser des économies drastiques. Certaines sont surprenantes...

L’Olympique de Marseille est dans le flou ! Le club est en vente depuis plusieurs semaines et peine à trouver acquéreur. En interne, Vincent Labrune, qui pourrait rester plus longtemps que prévu à son poste de président, se démène avec de faibles moyens pour que l'effectif 2016-2017 des Phocéens soit compétitif. Dans ce marasme, une seule chose est sûre : la formation olympienne sera confrontée à un lourd déficit, estimé entre moins 20 et moins 25 millions d'euros. Plusieurs données peuvent facilement expliquer ce bilan financier négatif, d'autant que l’actionnaire majoritaire, Margarita Louis-Dreyfus, ne compte pas cette fois-ci éponger les dettes d’un club qu’elle a mis en vente. Avec une modeste et peu attendue treizième place finale au classement de la Ligue 1, le club marseillais n'a pas atteint son objectif de début de saison. Par conséquent, en guise de droits télévisés, l’OM devrait percevoir environ 35 000 000 €. Soit un manque à gagner de 7 000 000 € par rapport au précédent exercice, rapportent nos confrères de La Provence.

La billetterie, quant à elle, est également en baisse. Tout au long de la saison, le club phocéen a dû composer avec une affluence fluctuante (42 015 de moyenne sur la saison pour une capacité commerciale du Vélodrome de 65 960 places), entre tribunes clairsemées et huis clos partiels décidés par la commission de discipline de la Ligue de Football Professionnel. Pour éviter de faire plonger encore un peu plus ses comptes dans le rouge, l'OM tente donc de réaliser des économies drastiques, et certaines peuvent faire sourire, ou inquiéter c'est selon. Le quotidien révèle ainsi que le jeune milieu de terrain du club, André-Franck Zambo Anguissa, en a fait les frais lors de la finale de la Coupe de France perdue face au Paris Saint-Germain. Non convoqué dans le groupe olympien pour cette affiche, le Camerounais, plus faible salaire de l’effectif professionnel, a dû rejoindre Saint-Denis par ses propres moyens, à ses frais. Avant que le club daigne tout de même lui payer un billet pour la rencontre. Même son de cloche pour un employé de l’OM. Quant aux supporters, aucune aide pour la confection de l'énorme tifo d’avant-match n’a été versée par le club.

Autre mesure d'austérité, celle touchant la section féminine du club olympien. Les filles de l'OM ont réalisé une très belle saison en Division 2 en terminant invaincues. Pour fêter l'accession des Phocéennes dans l'élite, un repas a été organisé au restaurant. Les membres du staff de l’équipe ont demandé s’ils pouvaient venir avec leurs compagnes. La direction de l'Olympique de Marseille a répondu par l'affirmative. À condition que ces dernières paient leur part (15€ par personne)... Aussi, le club marseillais n’aide même plus sa section amateur à rémunérer les arbitres. Enfin, et comme si cela ne suffisait pas, l'OM prend du retard dans les paiements de certains prestataires, qui pourraient stopper leur collaboration avec le club. "Cette saison, l'OM a toujours été à couteaux tirés. Cela fait plusieurs années que je bosse avec eux, c'est la première fois que ça se produit. On attend de savoir si on redémarre la saison prochaine. Soi-disant, ils attendent de recevoir les droits télé. En réalité, il n'y a plus un rond", affirme l'un d'eux au quotidien provençal. La crise touche décidément tout le monde...