OM

Michel risposte et tance Bielsa

L.P

Très attendue, la conférence de presse de Michel, l'entraîneur de l'Olympique de Marseille, n'a pas réservé de surprise. Le technicien espagnol, droit dans ses bottes malgré une éviction qui lui pend au nez, a fait face aux critiques. Tout en taclant Marcelo Bielsa lorsque sont venues sur la table les questions d'une éventuelle démission.

Depuis son arrivée à l'Olympique de Marseille en début de saison, tel un pompier de service, Michel doit composer avec l'ombre encombrante de son prédécesseur, Marcelo Bielsa. Adulé sur le vieux-port, l'entraîneur argentin garde, malgré un style avouons-le peu commun et une démission annoncée au soir de la première journée face à Caen, une cote énorme dans la cité phocéenne. Les fans olympiens, pour la plupart, regrettent l'époque "El Loco", ainsi qu'un jeu flamboyant, et ne se font pas prier pour le rappeler très souvent à Michel. Quand ce n'est pas la presse ou les médias qui s'en chargent.

Mais, alors que l’Olympique de Marseille occupe une inquiétante douzième place au classement de la Ligue 1, à seulement six points de la zone de relégation, Michel a répété qu’il n’envisageait pas de démissionner. Au contraire de son devancier... "Une démission ? Je n'ai jamais démissionné. En tant qu'entraîneur, je sais que mon vestiaire travaille bien. Mes joueurs sont proches, ils travaillent beaucoup. Je ne peux pas leur demander le maximum au quotidien puis les abandonner en leur disant : 'au revoir, merci beaucoup'. Ce serait faire preuve de lâcheté", a ainsi expliqué l'ancien milieu de terrain du Real Madrid.

"Je ne peux pas faire ça. Je ne pourrai pas partir dans ce genre de conditions. Ce ne serait pas une situation honnête. Quand je vois mes joueurs au quotidien, quand je les vois travailler, je ne peux pas démissionner. C'est impossible de partir dans de telles conditions", a poursuivi l'entraîneur marseillais qui estime avoir le soutien de ses joueurs. Même de son président. "Mardi dernier (Ndlr, Michel s'est entretenu avec Vincent Labrune), on n'a pas parlé de ce sujet. Si l'information se justifiait, je ne serais pas là avec vous aujourd'hui... Des marques de soutien ? Il y a eu des affirmations en public et en privé", a-t-il dévoilé. Si l'ancien technicien de Getafe est l'objet de nombreuses critiques, fondées pour la plupart, reconnaissons lui, au moins, sa forte envie de sauver le club olympien. Tout comme de ne pas choisir la facilité en abandonnant un navire en perdition.