OM

Plusieurs pistes pour un rachat...

Jules Autef
MLD dispose de plusieurs propositions pour accueillir de nouveaux investisseurs à l'OM.
MLD dispose de plusieurs propositions pour accueillir de nouveaux investisseurs à l'OM.

Dans son édition du jour, L'Equipe fait le point sur la situation de l'OM et de sa potentielle reprise. À ce sujet, plusieurs pistes sont soulevées, dont une qui vient d'apparaître de l'autre côté de l'Atlantique.

"Nous menons de front plusieurs réflexions visant à assurer la pérennité et la compétitivité du club pour le futur. Nous serons donc à l'écoute d'éventuels investisseurs qui seraient intéressés pour faire grandir et progresser l'OM, car notre but ultime est que l'OM redevienne le grand club qu'il a été." Il y a moins d'une semaine, Vincent Labrune en disait un peu plus sur les intentions du club olympien de s'appuyer, dans un avenir relativement proche, sur de nouveaux investisseurs potentiels.

Un secret de polichinelle puisque le président se démène depuis plusieurs mois à assainir les comptes du club, à faire régner la sécurité au Vélodrome ou encore à reprendre les abonnements en virages - un accord a été trouvé début décembre. Autant de signes précurseurs d'une vente, même partielle. Encore faut-il que l'état-major marseillais prête une réelle attention aux propositions qui arrivent sur sa table. "Marqué par l'affaire Kachkar (*)", comme il le confie lui-même à L'Equipe, Labrune a déjà refermé les dossiers présentés par plusieurs interlocuteurs, qu'il qualifie "d'escrocs ou de margoulins". "Les gens sérieux sont rares, vous l'avez vu au Havre ou à Nice", justifie le dirigeant Orléanais, qui fait référence aux projets de rachats avortés de Christophe Maillol au Havre et d'Edward Blackmore et d'un prince saoudien à l'OGCN.

Deux prises de contact à l'étranger, un homme d'affaires américain intéressé

Alors à qui Vincent Labrune et Margarita Louis-Dreyfus accorderont-ils assez de confiance pour laisser les clés, ou au moins le double, de l'Olympique de Marseille ? Nelio Lucas, le directeur général de Doyen Sports dont les affinités au club ont été renforcées lors du dernier mercato estival, peut jouer le rôle d'intermédiaire en "aidant le club à trouver des investisseurs", comme il l'explique lui-même. Les deux "prises de contact étrangères apparues début 2016" et dévoilées ce matin par L'Equipe doivent-elles au réseau du puissant homme d'affaires portugais ? Possible... En attendant, un autre intermédiaire potentiel, français cette fois, est sorti du bois.

Il s'agit de Didier Poulmaire, l'ancien représentant de Yoann Gourcuff et Laure Manaudou notamment. Dans les colonnes du quotidien sportif, il assure connaître "une personnalité importante du sport américain qui pourrait être intéressée" par l'OM, un club qui représente "une belle marque". Après avoir "pris directement contact avec l'avocat de l'actionnaire" Margarita Louis-Dreyfus, Poulmaire attend désormais un premier retour, notamment au niveau du prix d'un éventuel rachat. Une chose est sûre, le potentiel séduction de l'OM traverse les frontières de l'Hexagone.


(*) condamné pour escroquerie en 2011, le soi-disant homme d'affaires canadien avait présenté un projet de rachat frauduleux à l'OM en 2007.